What's New

Les spécialistes de l’huile de palme sont préoccupés par la mauvaise réputation des matières grasses

Des scientifiques, des médecins et des spécialistes de la santé ont exprimé une inquiétude commune lors de leurs présentations à la Conférence PINC (Palm International Nutra-Cosmeceutical) de 2015 concernant l’impression erronée, mais très répandue que les matières grasses sont néfastes. La plupart des gens, et en particulier les femmes, ne comprennent pas l’importance d’intégrer des matières grasses saines à leur alimentation. Cette incompréhension de l’importance des matières grasses peut réduire la capacité des gens à identifier les aliments nutritifs.

La Conférence PINC est une plate-forme où les scientifiques effectuant des recherches sur les éléments bioactifs de l’huile de palme présentent leurs résultats aux médecins, aux pharmaciens, aux autres chercheurs et aux médias. L’huile de palme, l’huile la plus consommée au monde, est riche en nutriments essentiels comme les tocotriénols, les caroténoïdes et les phénol Les chercheurs étudient actuellement leurs effets sur la santé cardiaque, la rémission après un accident cardio-vasculaire, le système immunitaire et le cancer.

Dans le cadre de leurs présentations, plusieurs chercheurs ont pris le temps d’aborder la question des conceptions erronées du grand public à l’égard des matières grasses et l’impact que ce phénomène pourrait avoir sur la consommation d’huile de palme durable de Malaisie.

  • Roger A. Clemens, DrPH, de l’Université de Californie du Sud, a rappelé que si le scientifique Ancel Keyes avait été le premier a établir un lien entre les graisses alimentaires et la maladie cardiovasculaire, celui-ci a depuis été réfuté. Selon Clemens, les recommandations alimentaires américaines font la promotion d’une alimentation faible en matières grasses depuis des années, et ce, malgré un manque de preuves. Il a montré un extrait vidéo de la présentation de Barbara Millen, DrPH, RD et présidente du Dietary Guidelines Advisory Committee Membership en 2015, dans lequel elle rappelle l’avis actuel de la communauté scientifique sur le sujet : les régimes faibles en matières grasses sont à déconseiller.
  • Le docteur Kalayana Sundram, codirecteur du Conseil malaisien de l’huile de palme, a lui aussi évoqué l’étude truffée d’erreurs d’Ancel Keyes. Sudram a déploré le fait que les médecins conseillent depuis des années à leurs patients de réduire leur consommation de matières grasses pour diminuer leur risque de maladie cardiaque alors que les preuves actuelles remettent en question le bien-fondé d’une telle recommandation.
  • Le docteur Beverly Yates estime qu’il faudra de cinq à dix ans pour communiquer les faits établis concernant les matières grasses, notamment la raison pour laquelle elles sont bonnes pour la santé. Elle se demande également si l’absence de matières grasses dans l’alimentation d’un grand nombre de femmes et de jeunes filles ne contribue pas à expliquer certains problèmes de santé, notamment les maladies du système immunitaire.

Mots Clés: , , , , , ,

Rencontrez Mike Danielson

Ajoutez votre réponse