FAQ, What's New

La consommation d’aliments vivaces pourrait être la prochaine tendance de masse

Les plantes comestibles vivaces sont actuellement l’objet d’une attention particulière. Si dans un simple jardin, il est possible de faire pousser simplement et presque sans effort des plantes nourrissantes et vivaces comme de la rhubarbe, des asperges, des oignons, des baies, des raisins et des ignames, essayons d’imaginer ce qui arriverait si l’on cultivait de telles plantes vivaces à l’échelle mondiale. Les chercheurs estiment que de telles récoltes permettraient de nourrir l’ensemble de la population mondiale et qu’elles auraient un impact environnemental beaucoup moins important que nos récoltes actuelles. Le groupe alimentaire qui donne l’exemple est celui des huiles comestibles. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) soutient que 40% des huiles de cuisson végétales, comme l’huile d’olive et l’huile de palme certifiée durable de Malaisie, proviennent déjà de cultures vivaces.

Les promesses des plantes vivaces
Si vous avez un lilas ou un hortensia dans votre jardin, vous appréciez sans doute beaucoup leurs fleurs que vous n’avez qu’à cueillir chaque année. Ces magnifiques plantes vivaces sont également bonnes pour notre terre nourricière. Grâce à leurs réseaux racinaires étendus, les plantes vivaces minimisent l’érosion des sols. Elles exigent également moins d’eau que les plantes annuelles et contribuent à l’établissent d’un écosystème équilibré. Le FAO encourage les récoltes de plantes vivaces car elles nécessitent moins de fertilisants, ce qui contribue à assurer une bonne qualité de l’eau.

Les cultures vivaces offrent aussi aux animaux indigènes un environnement dans lequel ils peuvent s’épanouir et qui n’est pas détruit pour les besoins de la replantation annuelle. Signalons enfin qu’elles sont aussi généralement plus productives. Voilà pourquoi les aliments vivaces sont si prometteurs en ce qui concerne notre approvisionnement en nourriture.

L’huile de palme de Malaisie est un modèle de culture d’aliments vivaces
Les cultivateurs d’huile de palme de Malaisie profitent déjà de ces avantages dans leurs plantations. Les palmiers à huile ont une longévité de 30 ans et produisent des fruits riches en huile à l’année longue. D’autres sources d’huile végétale, comme le maïs, le soya et le colza, doivent être plantées et récoltées annuellement. Les plantations d’huile de palme ne représentent qu’une infime partie des terres agricoles mondiales, 0,23 pourcent seulement, et produisent pourtant une quantité d’huile considérable. Sur une acre agricole, la production d’huile de palme s’avère 11 fois supérieure à celle de l’huile de soya et sept fois supérieure à celle de l’huile de colza. De plus, l’huile de palme ne contient pas d’OGM et nécessite moins de pesticides et d’énergie que ces autres huiles.

En Malaisie, plus de 260 espèces de plantes et d’animaux habitent à l’intérieur ou à proximité des plantations établies depuis des décennies. Les serpents et les effraies constituent des remèdes écologiques à la surabondance de rongeurs. On trouve également au sein de cette faune des orangs-outans et des martins-pêcheurs.

Le mouvement des aliments vivaces
Les chercheurs de partout au monde étudient d’autres aliments écologiques. Des scientifiques de l’Université du Minnesota, par exemple, travaillent à l’élaboration de blé vivace. « C’est le grand projet dont on parle depuis des années », explique Richard Magnuson, fermier, dans un article du Star Tribune. L’Université a lancé le projet Forever Green Agriculture Initiative dans le but de fournir aux fermiers du Midwest américain des cultures vivaces. Le directeur du projet, l’agronome Don Wyse, estime que cette prochaine génération de cultures sera très productive et bénéfique pour l’environnement, en favorisant notamment une meilleure qualité de l’eau et en constituant un refuge pour les animaux indigènes.

Vous pouvez vous joindre au mouvement en intégrant dès maintenant un plus grand nombre d’aliments vivaces à votre alimentation. Si le blé vivace n’est pas encore disponible, vous pouvez déjà trouver du riz sauvage, des bananes, du cacao (chocolat), des artichauts, des figues, des pommes et de l’huile de palme durable de Malaisie à votre épicerie.


Mots Clés: , , ,

Rencontrez Robin Miller

Robin Miller est un éditeur de la santé et de la nutrition avec plus de 30 années d ’expérience dans l ’industrie. Elle mène des recherches et écrit sur ​​les bienfaits nutritionnels de l ’huile des fruits du palmier, dans le but de donner aux lecteurs des faits, des informations scientifiques qui seront utiles dans leur vie quotidienne.

Ajoutez votre réponse